Syndicat des professionnels de l'animal familier

Actualités & Publications

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 514
31 juillet 2020

Lutte contre les abandons d'animaux

Lutte contre les abandons d'animaux

René MICHAU, Président du PRODAF (Syndicat  Professionnel des Métiers et des Services de l'Animal Familier représentant plus de 10 000 salariés en Animalerie) répond  aux 155 députés qui ont signé la proposition de loi pour lutter contre les  maltraitances faites aux animaux de compagnie.

J’insiste au nom des professionnels pour que les auteurs de maltraitance soient sévèrement punis et je rappelle que le dispositif législatif actuel permet de le faire.

La proposition de loi met en avant l'interdiction pour les Animaleries de vendre des animaux, faisant un amalgame surprenant entre maltraitance et ventes en Animalerie !

Cela pourrait être comparé à une volonté d’interdire la vente de vins en restaurants gastronomiques comme solution à la lutte contre l’alcoolisme en France.

Certains estiment les chiffres des abandons à hauteur de 300 000, la SPA à hauteur de 60 000 et récemment les médias rappelaient quant à eux le chiffre de 100 000 !

La population française de chiens est de 7 300 000 , alors que le recensement fait par l'ICAD en 2019 annonce 9 200 000 chiens pucés.

La population française de chats est de 14 400 000 , alors que le recensement fait par l'ICAD en 2019 annonce 6 400 000 chats pucés. 8 000 000 de chats ne sont ni pucés ni vaccinés.

 

Je trouve indispensable que les données soient précises. Pour l'animalerie je vous communique nos éléments factuels et vérifiables :

Les chiffres de vente en Animalerie d'animaux en provenance d'élevages professionnels Français sont de  22 222 chiots  et  13 777 chatons  pour  l'année 2019 (animaux âgés de 3 mois accompagnés d’un carnet de santé, vaccinés et pucés, qui vont passer 1 à 2 semaines en animaleries avec un suivi 7 jours/7 par du personnel qualifié avant de trouver un maître) .

Le marché annuel global est de 740 000 chiens et 1 400 000 chats commercialisés dans tous les circuits licites et illicites. Les chiffres parlent d’eux-mêmes…

Les professionnels des animaux et de leur bien-être sont heureux de constater que la COVID aura des effets positifs sur la relation homme /animal en renforçant le lien avec la famille, nous sommes tous très heureux de constater que cette année la période estivale est profitable à nos animaux qui passent les vacances avec leur famille.

Ce qui aura un effet positif sur les abandons qui ne manqueront pas  de fortement baisser cette année.

 

Posons-nous les bonnes questions :

combien de chiens et de chats abandonnés, pucés et vaccinés ont été adoptés dans les refuges?

combien de chiens et de chats abandonnés ont été vendus par des éleveurs ?

combien de chats et de chien abandonnés ont été vendus par des amateurs ?

combien d’animaux abandonnés ont été achetés ou adoptés auprès de particuliers ?

Je souhaite informer Mesdames et Messieurs les Députés qui cherchent des solutions pour faire diminuer le nombre d'abandons de chiens et de chats et combattre la maltraitance qu'il est indispensable de faire respecter et appliquer les décrets existants avant de les faire évoluer.

Dans le projet de loi du député  il y a des interdits qui  ne sont pas toujours  le remède pour lutter contre la maltraitance et les abandons,  je me permets ici de souligner l'article 6 du projet du député :

Réservation de l’autorisation de vente des chiens et chats aux éleveurs professionnels ou amateurs et dans les refuges de protection animale pour lutter contre les achats d’impulsion. Avec l‘obligation aux adoptants de signer un contrat d’adoption responsable avec les refuges.

Les Animaleries sont exclues de la vente de chiens et chats ? Où est le lien avec la maltraitance des animaux ? Le projet demande à ce que seuls les éleveurs professionnel ou amateurs puissent vendre alors que je précise  qu'il n'y a plus d'éleveurs amateurs de chiens et chats depuis janvier 2016 (toute personne cédant un animal à titre onéreux étant considéré comme professionnel  il devrait donc remplir les obligations légales et fiscales en s’acquittant de ses charges).

Si des évolutions législatives nous semblent nécessaires, nous devons centraliser nos compétences pour faire évoluer la législation ensemble.

Je vous propose donc que le PRODAF soit l’organe fédérateur d’animation des acteurs de la filière : députés, SPA , responsables de refuges, associations, éleveurs, administrations, vétérinaires…. Il est indispensable de  partager nos savoirs pour apporter des améliorations  avec un objectif commun, le Bien Être Animal.

Je vous propose que les éleveurs professionnels français  et les animaleries  puissent bénéficier d’un agrément labellisé FBEAC ( Filière  Bien-Etre Animal de Compagnie ) qui permettra aux familles d'acquérir un animal de compagnie dans une totale transparence.

Les règles du commerce de chats et de chiens ont été renforcées au 1er janvier 2016 pour garantir leur Santé, leur Bien-Être, et assurer une traçabilité dans la filière (document du Ministère de l’Agriculture en pièce jointe).

Nos derniers travaux ont permis de publier un référentiel des Bonnes Pratiques en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et l’ANSES à destination des animaleries.

J'adresse ce message aux ministères concernés, aux députés signataires de la proposition de loi, ainsi qu'à l'ensemble des 10 000 salariés en Animalerie.

 René MICHAU

Président du PRODAF

 
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail